les exploits d'un jeune don juan wikisource

dit Valentin, qui, maintenant, se trouvait juste derrière elle. Mais mon mari me fait aussi toujours prendre certaines positions dont j’ai honte. Elle se retourna. Il tira son membre qui ressemblait assez au mien sauf que son gland était complètement recouvert. Mais ils ne bandent pas, parce qu’ils ont peur. — Non ma tante, je t’en prie, lave-la toi-même. Et je l’embrassai sur sa jolie bouche, rouge comme une cerise et ouverte sur de belles dents saines et appétissantes. Elle m’entoura le cou ; sa poitrine pressait la mienne. Je sentais ses longs poils contre mon ventre. « Viens donc ! ». Mais je fus stupéfait lorsqu’elle ajouta tout bas en hésitant qu’elle, qui jusqu’alors n’avait jamais eu de désirs charnels, avait senti des mouvements amoureux en voyant son jeune neveu au bain et qu’elle avait touché son corps avec concupiscence, mais qu’elle avait pu refréner à temps ces mauvais désirs. Celle-ci aussi était nue, mais recouverte jusqu’à la poitrine. Il le décalotta pour pisser. ». Et je pouvais passer l’après-midi à regarder toutes les filles et les dames chier, pisser et péter. Je remarquai dans la suite, que l’onanisme ressemblait à la boisson, car plus on boit, plus on a soif…. Elle se mit à jouir terriblement. Pouvez-vous regarder Les Exploits d’un jeune Don Juan sur un service de streaming ? Ses lèvres étaient ouvertes, et à l’intérieur, où je jetai un coup d’œil, j’aperçus tout un étal de boucherie où la viande était d’un beau rouge humide. Elle ne fit plus de résistance, écarta ses jambes et se pencha un peu. Sous son effort, une mince saucisse sortit de son trou du cul, pendilla un moment puis se tortilla sur le sol. Elise était toute rouge, sa poitrine se soulevait, mais elle ne savait quoi répondre. 5 février 2013 By admin Laisser un commentaire. Ma mère avait décidé de se confesser ce jour-là et ma tante comptait faire de même, les autres habitants du château ne devaient pas rester en arrière. Elle se défendait encore, mais plus faiblement. J’avais d’ailleurs seize ans et je me sentais complètement homme. Mais ma mère et ma tante n’avaient pas encore complètement terminé l’installation de la salle. Mais elle m’a chié dessus, sauf respect, si bien que mes couilles et mes pantalons en étaient remplis. Nous vîmes bientôt que ces voix appartenaient à quelques servantes qui avaient à faire dans le champ qui se trouvait derrière le jardin. J’ai tiré mon membre et le lui ai montré. — Il faudra maintenant lui donner une chambre à coucher pour elle seule. Je ne peux plus me le laisser faire par devant. dis-je, tes menstrues, ainsi tu n’es plus une fillette, mais une femme. En la regardant je m’émerveillai de son cul, dont les fesses très relevées, se serraient l’une contre l’autre. Je la sentis et m’étonnai de l’odeur de santé dont elle était imprégnée. Je m’effrayai d’abord en voyant les deux grandes lèvres, épaisses et enflées, dont la couleur rouge tournait au brun. — Ne me fais pas de mal à la poitrine, dit Berthe, je suis maintenant très sensible. » Et faisant semblant de vouloir reboutonner la blouse, je défis le ruban qui retenait sa chemise sur les épaules. j’ai souvent recommencée. La fente de son cul se montra avec les fesses rondes et pleines, sans une tache. Le capucin était arrivé et avait dîné avec nous. Malgré sa résistance, j’eus vite écarté le pantalon et la chemise. Je ne pus m’empêcher de placer ma langue dans sa fente et rapidement je léchai et pourléchai le clitoris qui durcissait sous mon glottisme enragé. C’est ainsi que me le dit l’une d’elles, un matin où tout était dans un profond repos, troublé seul par le bruit lointain des allées et venues dans l’étable. Alors la Rosalie s’est mise à crier : « Cochon, serre-moi fort, ça vient, ça vient, ! ». Le Confesseur. » Alors j’ai tiré l’échelle de façon à ce que personne ne puisse monter. Il s’ensuivit une puissante décharge, qu’elle regarda attentivement, car le fait était aussi nouveau pour elle que pour moi. « J’ai dû lui mettre le pouce parce qu’il paraît que c’est le doigt qui entre le plus loin. « Vois-tu, Berthe, c’est par le petit trou du bout que je pisse, mais maintenant je ne peux pas, bien que j’en aie envie. J’empoignai Kate aux tétons, elle fit semblant de se défendre. Je mis un doigt dans son con et suçai ses tétons. Je me souvins du valet et je pissai si haut que ma sœur dut rire. J’avais décidé que toute personne féminine de mon entourage devait faire partie de mon harem et je me renforçais dans mon opinion. Une fois qu’elle m’avait fortement savonné et rincé, sa main frôla mon petit vit. — Penses-tu ? Ma sœur était très flattée des compliments que je lui faisais sur sa beauté. Je pouvais voir leurs culs, trous du cul et cons dans toute leur splendeur et je vis qu’il n’y avait entre leurs aspects que la différence de couleur des poils et de la corpulence. Je regardai vite tous les trésors de Berthe, lui montrais les miens. — Mon mari veut toujours me prendre par derrière et il se conduit d’une telle façon que je manque de m’évanouir de honte. Le Château était une vieille demeure de fermiers riches. — Allons donc, ma petite tante, lave aussi ma quéquette. La régisseuse avait été dispensée d’aller à confesse à cause de sa grossesse avancée. La dernière modification de cette page a été faite le 13 octobre 2019 à 09:23. Tout en moi tendait vers le plaisir. À la vérité, il y en avait peu, ils étaient courts, duveteux et de couleur si claire que vraiment il fallait être bien près pour les voir. » Ce même jour j’ai eu mal au ventre et tout à coup quelque chose d’humide m’a coulé le long des cuisses. — Oh non ! Je le regardais souvent et jouais avec lui. Elles savaient chacune ce que je faisais avec les autres et sympathisaient. « Ne vous excitez pas tant, dit-elle, sans cela on jetterait la poudre aux moineaux. Elle le regarda avec attention, car c’était la première fois qu’elle voyait le vit d’un monsieur de la ville, disait-elle. Comme il avait plu la veille, la terre du champ labouré collait aux pieds des servantes qui allaient pieds nus et dont les jupes – à la vérité, elles ne semblaient en avoir qu’une seule, chacune, sur le corps – étaient très courtes et ne descendaient pas plus bas que le genou. Mais je me ressentais encore de ma séance avec la régisseuse et je dus m’avouer que trop de hâte pourrait compromettre pour toujours mes desseins. Ses tétons étaient naturellement plus développés que ceux de Berthe et plus durs que ceux de la régisseuse, bien qu’ils ne fussent pas de beaucoup aussi gros. Son visage polisson reflétait l’excitation causée par ce qu’elle avait vu et entendu. Lorsqu’elle s’enquit de Berthe, je lui dis qu’elle avait eu ses règles et était nubile. Je lui tirait les poils de ses aisselles. Je léchai ce nombril. Je la consolai. ah ! Nous entendîmes des voix. Elle devait s’être lavé, car son con n’exhalait aucune odeur. Elle me dit que non. J’ouvris sa blouse et sortis ses deux tétons qui allaient et venaient tandis que je les suçais. Ursule était tout à fait étonnée et semblait avoir envie d’essayer, mais elle y renonça car le second et dernier coup de cloche annonçant le dîner retentit et les deux servantes se sauvèrent rapidement. ». Ma jalousie s’augmenta, lorsque je vis qu’avec mon père était venu un ami, M. Franck, un vieux célibataire qui avait des vues sur ma tante. Mais à cause du mauvais temps, ma mère et ma tante causaient assidûment ; ni Berthe ni Kate n’osaient aller plus loin que de me tâter le vit en passant. Nous nous mîmes au lit. Je montai dans la bibliothèque qui contenait beaucoup de vieux livres et aussi quelques ouvrages modernes. Il la jeta sur le sol, se mit sur elle, sortit son vit, releva les jupons, et ils s’enfilèrent en grognant comme des bêtes. Berthe dormait mais Elise n’était pas là. Je me reculai en tenant sa jupe et sa chemise, puis je me rapprochai et promenai mes mains sur son ventre et ses cuisses. Son con, couronné de poils noirs, s’entr’ouvrait. mais je n’ai pas le droit de dire avec qui. Au contraire. Il avait relevé sa chemise si haut qu’on pouvait aussi voir les poils qui entouraient ses parties génitales ; il avait aussi tiré ses couilles de son pantalon et il les grattait de la main gauche, tandis qu’il dirigeait son membre de la main droite. Ma tante frotta plus rapidement sur la pine, une secousse électrique me traversa le corps. Je dus avouer que cette position m’avait encore plus fait jouir que le coït normal. Ce récit surprenant avait réveillé les esprits animaux de ma bitte. Peu de temps après que j’étais rentré dans ma chambre, ma mère et ma tante arrivèrent et m’annoncèrent la visite de mon père, elles me dirent aussi que Berthe s’était couchée à cause d’une indisposition. Ces odeurs étaient d’abord très désagréables, mais dès qu’on s’y était habitué, on les trouvait plutôt excitantes que suffocantes : c’était la véritable odor di femina : Les lits, faits à l’ancienne mode, étaient à deux places. » « Ah ! Je regardai avec plaisir sa fente bien rouge, puis je frottai mon gland contre les lèvres. Elle alla derrière la hutte. Les petites gens dormaient sans chemise dans le lit conjugal et il existe encore maintenant des campagnes où cet usage a persisté. Mon ventre se secouait convulsivement, complètement nu devant les deux curieuses filles. Une adaptation cinématographique du roman a été réalisée en 1987 par Gianfranco Mingozzi.Cependant, Les Exploits d'un jeune Don Juan (L'iniziazione en italien) n'est qu'une interprétation libre. Elle avait l’air intelligent, ses yeux étaient bruns, ses cheveux roux et crépus. Frédéric non plus ne devait pas bander. C’est ce que nous disait notre vielle bonne. J’ouvris les yeux, lui souhaitai le bonjour en lui faisant un compliment sur sa bonne mine, etc., puis, tout à coup, je sautai du lit, l’empoignai et lui assurai qu’elle était la plus belle femme de tout le château. Le Confesseur. J’avais lassé la porte ouverte et j’entrai chez Kate sans faire le moindre bruit. Je ne savais plus ce que je faisais et j’arrivai ainsi au terme de la volupté en éjaculant pour la première fois ma semence dans le con d’une femme. Près d’elle étaient agenouillées ma tante et la piquante Kate. Elle m’a fait bien plus de plaisir que toi tout à l’heure. Au moment où j’allais décharger, je me retirai, mais le muscle de son cul se resserra autour de mon gland et je lui déchargeai en plein dans le cul. Je souris et ajoutai : « Regarde-moi, je ne me gêne pas devant toi. Les exploits d'un jeune Don Juan (1987) Les exploits d'un jeune Don Juan (1987). — Malheureusement non, dis-je sérieusement ; devant toi, Elise, je ne me gênerais pas. Elle le maniait aussi très gentiment. Je l’avais complètement oubliée et Babette rit beaucoup, lorsque je dis que je voulais l’éveiller. Le lendemain cela me fit plaisir de voir que ma mère prenait un bain, dans l’attente de son mari. Hélène !… Je sentis mon membre se gonfler et, du gland rouge sombre, gicla une matière blanchâtre, d’abord en un grand jet, suivi d’autres moins puissants. Tout à tout, je l’entendis crier : « Oh, oh, oh ! Tandis que les dames parlaient, je les regardais attentivement et avec des yeux très différents d’avant la confession. Leur appartement était au rez-de-chaussée, juste auprès de ma chambre, du côté du jardin. Guillaume Apollinaire wrote two pornographic novels: "Les onze mille verges" in 1907 and "Les Exploits d'un jeune don Juan" in 1911, though it was published with some other title back in 1907. Brusquement elle regarda si personne ne nous voyait et demanda : « Est-ce vrai, Roger, que les jeunes gens avant d’être soldat, doivent se mettre nus et se laisser regarder. Mes parents avaient éteint la lumière. Cette lecture m’excita de nouveau ; la fatigue qui avait suivi ma première éjaculation était passée. Ma tante qui n’avait encore vu ni ma chambre ni la bibliothèque, entra dans cette dernière. Mais il n’en était pas ainsi. Je vis une lumière, je me cachai et vis paraître Elise et ma tante en chemise qui regardaient par une fente de la porte de mes parents. Là-dessus, la femme reprit ses esprits et se mit à pleurer, mais sans quitter la position que je lui avais imposée. ». Elle était accroupie, un peu penchée, les jambes écartées et tenait ses jupes levées, de façon qu’on voyait ses jolis mollets. « Et je l’ai fait aussi, tu sais ! Je la menai vers le lit où elle s’assit en disant : « Je sais que vous voulez me voir tout entière. À la demande si elle s’était fait enfiler par lui, elle répondit : « Je l’aurais fait volontiers, mais il n’était pas assez gros. Mon index ne quittait pas le clitoris qui durcissait et grandissait. Prends garde, Berthe, qu’il ne te le mettre pas. Elle a commencé à soupirer, à souffler, elle s’est mise à crier, en se secouant, si bien que j’allais cesser croyant qu’elle avait mal. Je m’aperçus que rien de l’homme ne me manquait plus, sauf le coït – c’est le mot que les livres donnaient à cette chose encore inconnue pour moi. Elle me dit de jouer avec ses tétons. Dans notre nuit de noces, il m’avait mise nue et avait répété cela de temps en temps. À la fin je découvris que sa fente, que l’on pouvait comparer à une moule entr’ouverte, contenait encore deux lèvres, mais plus petites que celles du dehors. La partie supérieure de la fente se perdait dans les poils qui couvraient un mont de Vénus d’un embonpoint démesuré. Elle chevauchait avec tant d’ardeur que cela m’était presque douloureux. Je pus voir tous les culs et cons du château et le spectacle que m’offraient même les femmes que j’avais déjà baisées, me faisaient toujours plaisir. Je lui demandai de se lever et j’admirai son beau corps des pieds à la tête et de tous les côtés, en la faisant marcher dans la pièce. Il était épais comme de la colle. Elle déchargea la première en criant de volupté comme une folle. La position était trop incommode. Bien que ma tante eût rapidement jeté une chemise sur ma nudité, Elisabeth avait cependant eu le temps de me voir et cela me causa une grande gêne. Ma mère devait avoir appris ces choses de ma tante, mais elle ne m’en laissa rien voir. Pendant que Berthe disait tout cela, mon membre avait perdu sa raideur.

Kit Etoile Sportive Du Sahel Dream League Soccer, Chanteuse Texas Vie Privée, école De Surf Nord, Quel Braquet Pour Le Ventoux, Le Joueur Le Plus Vilain Au Monde, Comment Traduire Une Musique En Français, Hôtel Ibis Montpellier Gare,